La Cathédrale Saint Joseph

La présence catholique s’est faite sentir sur le territoire, de ce qui est aujourd’hui l’Érythrée, dès le milieu du 19ème siècle.
Dans les abords de Keren, une mission catholique (composée de missionnaires français) s’est installée dans les années 1860 et, dans la plaine d’Asmara, les missionnaires sont arrivés avec les expéditions militaires italiennes. Dès 1887, une mission capucine participait ainsi à la campagne du général Baldissera à Asmara. En 1895, une petite église fut construite pour être remplacée quelques années plus tard, en raison du nombre grandissant de fidèles, par l’actuelle cathédrale Saint Joseph. Sa construction, qui dura 6 ans, fut achevée en 1922.

Elle est aujourd’hui le siège épiscopal de l’éparchie d’Asmara, une circonscription ecclésiastique de l’église catholique éthiopienne. De rite oriental, celle-ci est rattachée à l’église catholique romaine depuis 1839.

Héritage de l’administration italienne et anglaise, le service est par ailleurs proposé en Tigrinya mais également en Italien et en Anglais.

Une physionomie d’inspiration romane et gothique

JPEG - 1.2 Mo
La Cathédrale et son Campanile

La cathédrale Saint Joseph a un plan en forme de croix latine. Elle est composée d’une nef et de quatre travées. L’édifice, remarquable par sa constitution de briques rouges, a été construit dans le style roman lombard tout en en incorporant des ajouts néogothiques.
On peut donc y voir des bandes lombardes -bandes verticales de faibles reliefs surmontées de décorations en forme d’arc [1]- et des arcades de petites dimensions aux côtés d’un clocher gothique, rappelant par ailleurs celui du palais de Westminster, et surmontées de trois pinacles.
La tour, qui culmine à plus de 57 mètres, est à la fois l’édifice le plus haut de la ville et celui le plus visible : la topographie urbaine, qui n’offre que très peu de bâtiments aériens permet au clocher d’être visible des quatre coins de la ville. Il est également possible, du fait de la position de la cathédrale au centre de la ville, d’embrasser, lorsqu’on est au sommet de l’horloge, l’ensemble de la capitale du regard.

JPEG - 1.3 Mo
La Cathédrale et ses trois pinacles

Ange au sommet du dôme - JPEG

Une cathédrale simple et majestueuse

JPEG - 229.5 ko
La façade du monument

La cathédrale est située au milieu de l’avenue Harnett, la plus grande et la plus belle artère d’Asmara. L’accès au monument se fait par une série de marches qui mènent à une porte voûtée, surplombée d’une haute fenêtre à meneaux. Une fois passée cette porte, on peut admirer la galerie d’arches circulaires qui composent l’édifice. La simple association de coloris de briques marron et de pierres blanches, qui constitue l’essentiel de la décoration la cathédrale, lui donne une candide élégance.

JPEG - 1.3 Mo
Arches circulaires
JPEG - 2 Mo
L’allée vers le transept

Cette simplicité d’atmosphère permet par ailleurs d’admirer avec plus d’attention la coupole située au bout du transept.

JPEG - 1.3 Mo
La coupole étoilée

Peinte d’un bleu ciel éclatant et décorée d’étoiles d’or, on peut y voir la silhouette d’un ange coulée en bronze trôné en son sommet. Ce bronze provient de canons autrichiens saisis après la bataille de l’Isonzo en 1917. [2] Il a été offert par le gouvernement de Benito Mussolini. Le dictateur italien a d’ailleurs été l’un des principaux bienfaiteurs du bâtiment, comme l’exprime la plaque commémorative située à l entrée de la cathédrale.
L’intérieur de l’édifice accueille également diverses fresques dépeignant anges, chérubins et autres figures religieuses. Une scène est toute particulièrement travaillée : l’ascension de la Vierge Marie. L’autel est, quant à lui, composé de marbre blanc.

Les bienfaiteurs de la Cathédrale - JPEG

Un lieu de vie

Le site comprend également une école et un monastère capucin, qui existait antérieurement à la construction de la cathédrale.
Il est donc courant d’apercevoir des écoliers, parés de leur uniforme, arpenter pendant la journée ses abords. A partir de 17h, il est également possible d’assister à l’arrivée d’une multitude de personnes venue s’asseoir sur les marches de la cathédrale pour profiter des derniers rayons de soleil ou contempler les passants.

Outre sa portée confessionnelle, la cathédrale Saint Joseph a également une dimension identitaire : elle est un des bâtiments emblématiques qui fait Asmara.
La Cathédrale et son Campanile
La Cathédrale et ses trois pinacles
La façade du monument
Arches circulaires
Ange au sommet du dôme
La coupole étoilée
L'allée vers le transept
 Bandes lombardes
Le Campanile
Les bienfaiteurs de la Cathédrale

[1Il est possible de voir les bandes lombardes situées en dessous des toits.

[2Bataille vaillamment gagnée par les italiens, lors de la première guerre mondiale, et qui avait réclamé la vie de plus de 20 000 autrichiens et 30 000 italiens.

Dernière modification : 07/03/2014

Haut de page