La Place et le Bureau de Poste

Le centre de la vie civique

L'ancien parc de la place - JPEG

Sous le régime italien, la place de la poste était le centre civique de la ville et un point essentiel de la fabrique historique de la capitale.
Au cœur de la première trame urbaine conçue par les italiens, elle a été pendant longtemps le carrefour de l’activité commerciale et économique de la cité. Elle accueillait alors la principale banque de la ville, le bureau de poste, le tribunal, un ministère et de nombreux commerces. Dans les années 30, avait même été pensée la construction d’un centre commercial. Il lui a néanmoins été préféré l’aménagement d’un parc ; ce dernier était composé d’une fontaine circulaire bordée de verdure et de promenades, où les citadins pouvaient s’abandonner à la flânerie au son des clapotis.
Il ne reste aujourd’hui aucune trace de ces bucoliques, remplacées par un parking en béton.

La façade de la Poste - JPEG Le Bureau de Poste et ses 7 arches - JPEG

Le bureau de poste, dominant le côté sud de la place, est, quant à lui, toujours debout.
Ancien grand palais du tribunal construit en 1900, qui accueillait également un bureau de poste et le ministère des finances, il a été reconverti en bureau général du service postal en 1915.
Ainsi, exceptionnel à plus d’un titre, ce grand palais est au nombre des rares bâtiments public d’Asmara antérieurs aux années 30.

Une architecture métisse

La façade de la poste emprunte des éléments architecturaux appartenant à différents temps historiques, du 18ème et du 19ème siècle. Elle propose ainsi un portique néoclassique composé de sept arches romaines par lesquelles il est possible de pénétrer dans l’établissement. En son dessus, sont également placées 7 hautes fenêtres à la crémone, caractéristique du 19ème siècle européen.
Au sommet de la façade trône une belle et vieille horloge milanaise dont le mécanisme est figé sur 10h 20. Posée sur un relief de forme semi-circulaire, elle est surplombée d’un fronton triangulaire classique bordé de denticules et d’un carillon en son extrême.

L'Horloge de la Poste - JPEG

De chaque côté de l’horloge il est possible de lire en lettre capitale blanche « autorité du service postale érythréen », écrit en tigrinya, arabe, et anglais.
Ces arches romaines franchies, un élégant escalier en pierre permet l’accès aux bureaux de l’étage supérieur.

De manière étonnante cette façade n’est pas l’entrée de la poste. Celle-ci, accessible de l’autre côté du bâtiment, est faite d’un maçonnage en pierre plus modeste, avec un fronton grecque orné lui aussi de denticules. Des frises romaines ornent les deux côtés de l’entrée.

La façade de l'entrée - JPEG Entrée principale - JPEG

Auparavant blanc vif, deux couleurs habillent aujourd’hui la façade extérieure : les colonnes sont peintes d’un jaune auréolin et le reste du bâtiment d’un vert tilleul.
Lavées par le vent et la poussière, cette pièce d’architecture revêt un aspect suranné, voire surréaliste, propre à débrider les imaginations. Son apparence, pour le moins massive -elle domine physiquement la place-, évoque ainsi l’ambiance des westerns de Sergio Leone. On pense tout particulièrement à la Banque d’El Paso tiré d’un des films de la « trilogie du dollar », Et Pour Quelques Dollars de Plus. Avec un peu d’imagination, il nous serait ainsi possible de croiser barbus patibulaires aux yeux bleus étudier, en vue d’une attaque imminente, les allers et venus de gardes.

Un lumineux atrium

L'atrium - JPEG

L’accès au service postal se fait dans le hall principal. Cette grande pièce carrée, qui évoque un atrium romain, accueillent quatre principaux comptoirs qui encadrent la salle. Clients et agents sont séparés par des colonnes rectangulaires de style ionique. Celles-ci supportent un toit surélevé composé de fenêtres rondes dont chacune est enfoncée dans une arche, entre deux colonnes.

Comptoirs et fenêtres rondes - JPEG

Ces fenêtres sont encerclées de 12 petits disques de verres, qui rappellent le cadran d’une horloge. A gauche de l’entrée se dressent d’importantes rangées de boites à lettres individuelles.
L’atrium est décoré de nombreuses fresques proposant des scènes d’agriculture et de sylviculture des diverses régions de l’Erythrée. Le nom des bureaux de poste régionaux sont tous inscrits sur une frise présente sur le coffre. Le plafond de verre ambré, qui permet la réflexion de la lumière, diffuse ainsi une chaleureuse atmosphère tout en répondant parfaitement au ton jaune et cuivré de l’intérieur de l’atrium.

Le service postal érythréen est reconnu internationalement pour la qualité de ses services, il a notamment reçu dans les années 2000 de nombreux prix par l’Union Postale Universel, agence des Nations Unies.

Service Postal Erythréen - JPEG

Des vestiges insolites

Le service postal offre d’autres surprises lorsque l’on écume les rues du centre ville ; Il est en effet possible d’y voir quelques boites aux lettres identiques à celles du service postal français des années 50, déjà caractérisées par leur coloris jaune.
Néanmoins, non pas françaises, ces boites aux lettres sont britanniques et figurent parmi les rares vestiges que l’administration anglaise a laissés de son passage entre 1941 et 1952.

Boite à lettre - JPEG Boite à lettre - JPEG

Boite à lettre
La façade de l'entrée
Entrée principale
Comptoirs et fenêtres rondes
Boite à lettre
Boite à lettre
Le Bureau de Poste et ses 7 arches
Service Postal Erythréen
La façade de la Poste
L'Horloge de la Poste
Les boites à lettre
L'ancien parc de la place
L'atrium

Dernière modification : 17/03/2014

Haut de page